JCDecaux – scum of the earth

arton1083The industrial group JCDecaux is known above all for having enriched itself from advertising from the middle of the 1950s onwards and then by extending its scope of activities in several aspects of the workings of capitalist and state domination.

In exchange for installing bus shelters for municipalities for “free”, JCDecaux has carte blanche to invest, in the towns or on the outskirts, in bright inserts and screens – big and small – in which spread thousands of cubic meters of posters and advertising spots. Its work in lobotomising people’s brains is recognized as a “public utility” by the state.

Almost all the main cities of France (Paris, Marseille, Toulouse, Lyon, Strasbourg, Dijon, Nantes …) as well as Besançon are under contract with JCDecaux. Its empire stretches throughout Europe and the world: the firm gets rich through its displays in stations, airports, public transport, shopping centres and centres of tertiary activities in over 60 countries worldwide. In addition to being a showcase for this world of exploitation and oppression, the “street furniture” is obviously used as a propaganda tool by the local town halls and companies working for the proper functioning of society: whether to conduct campaigns against “incivility” in transport (mainly targeting fare dodgers), to promote subsidised cultural evenings contributing towards embourgeoisement or to instill obedience and servility in the population.

Nearly 10 years ago, the company threw itself into the commodification of the “free service” of bicycles . This Greater Urban transport service is presented through its company marketing campaign as being sweet and ecological. As often regarding our movements within towns and cities, whether carried out by tram, bus, subway or car shares, the JCDecaux bike does not escape the social control and information gathering about those who use it. The GPS system built into each bike [this is not the case for the Velib ‘in Paris; NdAttaque] and the personal details of the individual required so as to be able to subscribe to these bikes bring together a wealth of information for the multinational database, such as consumption patterns and locations being visited (see footnote below).

What about the production of these bikes?

The construction of these rental bikes is provided by ‘Lapierre’, a subsidiary of the Dutch multinational ‘Accell group ‘. The headquarters of ‘Lapierre’ is located in Dijon (8, rue Edmond Voisenet). But it’s in Hungary, specifically in the city of Tószeg, located 120 km southeast of Budapest, that JCDecaux produces its rental bikes … and cheaply: in fact, the company exploits the workers for two euros hour, or 354 euros per month. They work on average 5 days a week for almost 8 hours daily without interruption.

Launched in September 2007 in Besançon, the ‘velocity’ (to call it by its local name) [TN: ‘vélocité’ in French is a pun – ‘vélo’ means bike, ‘cité’ means small town – and the 2 together mean, as translated, “velocity”] is intended to attract a trendy and affluent population, which vibrates to all that is soft transport (this is also the selling point for the tramway). It is not by chance that the installation of bike stations (30 in total in Besançon) happens within neighborhoods that are being upgraded and in the process of gentrification. At the end of April 2015 in Besançon, several ‘vélocité’ stations were removed to be redeployed in areas of hotels and shops and close to the tram stops, as in ‘Chaprais’ or in ‘Fontaine Argent’, where new condominiums for the rich are being developed. Linking soft transport (tram, ‘vélocité’ and car sharing organised by the company ‘Citiz’) is a source of profits for developers and planners. The popular areas on the outskirts of Besançon, such as ‘Clars Soleil’, ‘The 408’ or ‘Planoise’ were deliberately avoided by the multinational. Because it takes at least 150 euros in your bank account and other fees to use it. So it is no wonder that the poor in large cities (Paris, Lyon, Toulouse, Marseille …) feel a strong hatred for these products of green capitalism, the theft and damage of which increase annually by several thousand euros.

JCDecaux has found a solution: get minors (or not) who are indicted for theft / damage of its bikes to do Community Service work. In collaboration with the PJJ [Protection Judiciaire de la Jeunesse – the branch of the Ministry of Justice concerned with non-adult “crimes”], the judges and juvenile judges, the company enjoys the blessing of the state, which recognizes its bicycle system as a “public service”. The multinational officially participates in programs of “rehabilitation” for prisoners and profits from legal measures such as “penal reparations” and “alternative punishment”. In other words, people convicted of damage serve their sentences working 6 hours a day for free in the repair shops, which are managed by its subsidiary ‘Cyclocity’. This constitutes a capital interest in the company but also for the state which allows it to economise on judicial procedures and to reduce the congestion of its youth prisons (EPM, CEF, ERC ..) [TN note: EPM : Etablissement pénitentiaire pour mineurs – Penitentiary Establishment for minors; CEF : Centre éducatif fermé – education centre for pirsoners; CER : Centre éducatif renforcé – further education for pirsoners] Any prisoner who works behind bars is already paid a pittance (between 20% and 45% of the minimum wage). But in this specific case, there’s a word for this exploitation: slavery.

Advertising, prison and capital exploitation leaves no room for debate and discussion. Going on the attack and sabotaging these facilities and these infrastructures is a way to break free from the chains of this society a little bit more . JCDecaux, which is present almost everywhere in diverse forms, opens up enormous possibilities to harm its dirty work.


Here is a chronological list of multi-faceted forms of destruction against JCDecaux recently. Of course, it is far from complete, given that the figures of the damage done are provided to us by the media (and are often in reality higher):

April 15, 2014, Paris: in the 10th, 11th and 12th arrondissements and in Montreuil, the tyres of 453 Vélib’ are slashed in opposition to JCDecaux’s prisoners of slavery.

May 7, 2014, Paris: 80 Vélibs have their tyres let down along with three vans and a truck from the municipality of Paris who collaborate in the exploitation of prisoners.

May 20, Paris: “453 Vélibs have their tires slashed in several districts. Ditto for 5 commercial trucks and 3 lorries belonging to the Town Hall. This attack represents a drop in the ocean of the 8000 attacks they suffer on average per year over the capital. ”

November 8, 2014, Besancon: twenty “velocity”s are put out of service by punctures.

November 23, Besancon: 11 bus shelters and its ads are shattered in mid-afternoon on the outskirts of the city. Unfortunately, a person is arrested.

24-30 November 2014, Toulouse: JCDecaux “is entitled to two breaks in the evenings. One of them cost just € 21,445 and another € 12,129. No less than 250 billboards are damaged. ”

Nov. 26, 2014, Besancon: around 1:30, a man chooses to treat his “depression” by smashing three bus shelters on Blum Avenue. He is unfortunately arrested and put in a police station cell.

February 8, 2015, Bordeaux and its suburbs: 45 advertising panels are destroyed, making 90 to replace windows for the company. Tags against the ads are written on street furniture.

May 2015, Besancon: thirty “velocities” are punctured in solidarity with the rebels of ‘Planoise’ and ‘408’. [reference to constant attacks on riot cops, BAC etc on estates in Besancon in May]

May 27, 2015, Paris: a ‘JCDecaux’ van goes up in smoke. Incendiary sabotage is carried out in solidarity with anarchists jailed in Spain.

End May / early June 2015, Toulouse: bus shelters and advertising are the target of “regular destruction” on the road to TOEC [sports club]. No figures for the damage are reported by the press.

Mid-August 2015 Aurillac: during the famous international street festival, about sixty ads and shelters were smashed by anarchists.

Between 2010 and 2013 in Besançon, no less than 800 acts of destruction were identified by the city against the bus shelter advertising panels and JCDecaux. The damage amounts to more than a million euros.

Also available here: http://attaque.noblogs.org/post/tag/jcdecaux/


Besançon becoming a “Smart City”

…dedicated to meeting the needs ofthe economy by promoting ICT (Information and Communication Technology). The socialist town hall after having redeveloped the Town Planning of the city with trams, complexes of luxury homes and shopping centres, is about to launch free wifi downtown.
The goal is to make people swallow targeted advertising every half hour after their last phone call. After filling all your personal details, your wallet, limping along, can be tracked everywhere, and ads will be suggested targeted to your consumer tastes etc … The town sees there a boon to boost consumption in the city centre, a process already committed to with the “pedestrian Saturdays.” And J-CDecaux is obviously one of the main beneficiaries of this innovative concept.

Before we put this edition of the paper out, we learnt that construction began mid-August in Moncey street in the city center. This is so the municipality can install fiber optics, among other things to improve the transmission of images and the flux of data for CCTV cameras (officially “upgrade the power grids”). The site, created by the construction company ‘Sobeca’, will last at least until next November. This leaves time to go and put your grain of sand into the gears of domination. …

Translate by dialectical-delinquents

L’EPIDE, la maison de correction du XXIème siècle

Lancés en août 2005 par Michèle Alliot-Marie, ces ‘Etablissements Publics d’Insertion de la Défense et de l’Education’ (ou programme « Défense seconde chance ») sont destinés à inculquer discipline et obéissance aux jeunes délinquants et/ou en échec scolaire (dans leur bouche, ça donne « en voie de marginalisation »). Les jeunes pensionnaires, âgés de 18 à 25 ans, obligés de porter l’uniforme, y sont enfermés cinq jours sur sept, avec un encadrement scolaire, mais surtout militaire. On leur apprend à embrasser le drapeau tricolore, à chanter l’hymne national, à respecter la hiérarchie et l’ordre en défilant en rang et au garde-à-vous, à respecter l’Etat et ses lois, etc… La mission éducative des profs de l’Education Nationale est centrée sur l’apprentissage des valeurs républicaines et citoyennes. En résumé, à devenir des citoyens modèles. Ils se font embaucher par des entreprises de sécurité et du BTP pour remplir des « missions » (le principe vieux comme ce monde de la réinsertion par le travail) et sont formés aux métiers de l’armée, même si ce n’est pas dit explicitement.

En février 2015, l’Etat a annoncé le renforcement de ce système d’éducation militaire avec la création de 600 places et 150 postes supplémentaires. Jusqu’à aujourd’hui, près de 28000 jeunes seraient passés par ces centres. Bien sûr, on ignore le nombre de jeunes ayant déserté ou renvoyés pour « mauvaise conduite ». A l’heure actuelle, il existe 18 centres un peu partout en France: à Marseille, Strasbourg, Alençon, Brétigny sur-Orge, Bordeaux, etc… En Franche-Comté, il y en a un à Belfort: créé en 2007 et rénové en 2012, il s’occupe de 90 jeunes à cette adresse: Établissement Capitaine Charles – Avenue de la Miotte – BP 40145 90 003 Belfort cedex – Tél: 03 84 90 13 40. Le directeur de ce centre s’appelle Jean Sauvonnet. On peut aller consulter toutes les coordonnées des centres EPIDE et le nom de leurs directeurs ici: http://www.epide.fr/a-propos-de-lepide/nos-centres/?no_cache=1.

Il serait difficile de ne pas s’apercevoir avec ces EPIDE une volonté de l’Etat de recruter directement ses futurs soldats dans un contexte de lois et mesures antiterroristes. Les Etats sont aussi dans l’optique de renforcer leurs dispositifs militaires aux frontières intérieures et extérieures pour repousser toujours plus loin les migrants qui fuient les guerres, les persécutions religieuses et ethniques, la misère, etc… La propagande de recrutement de l’armée qui foisonne partout actuellement est un signe clair que l’Etat nous adresse: derrière cette «lutte contre le terrorisme islamiste», c’est tous les indésirables défiant ses lois et ses intérêts qui sont ciblés. Nous n’avons pas à accepter le maintien de la population sous la terreur militaire et policière. A l’heure où l’armée quadrille les rues partout sur le territoire pour la sécurité des riches et de l’Etat, il est temps d’identifier et de saper ses édifices et son fonctionnement !

Contre l’ordre et ses valets, insurrection !

JCDecaux: une pourriture sur tous les fronts

arton1083Le groupe industriel JCDecaux s’est d’abord fait connaître en s’enrichissant dans la publicité à partir du milieu des années 50 puis en étendant son champ d’activités dans plusieurs rouages de la domination capitaliste et étatique.

En échange de l’installation « gratuite » d’abribus pour les municipalités, JCDecaux a carte blanche pour investir villes et périphéries d’encarts lumineux et d’écrans – petits et grands – dans lesquels s’étalent des milliers de mètres cube d’affiches et spots publicitaires. Son travail de lobotomisation des cerveaux est reconnu « d’utilité publique » par l’Etat.
Quasiment toutes les principales villes de France (Paris, Marseille, Toulouse, Lyon, Strasbourg, Dijon, Nantes…) ainsi que Besançon sont sous contrat avec JCDecaux. Son empire s’étend à travers l’Europe et le monde : la firme s’enrichit de ses affichages dans les gares, aéroports, transports, centres commerciaux et pôles d’activités tertiaires de plus de 60 pays de la planète. En plus d’être la vitrine de ce monde d’exploitation et d’oppression, ce « mobilier urbain » est bien évidemment utilisé comme instrument de propagande par les mairies locales et les entreprises qui oeuvrent au bon fonctionnement de la société : que ce soit pour mener les campagnes contre les « incivilités » dans les transports (ciblant essentiellement les fraudeurs), pour promouvoir des soirées culturelles d’assoc’ qui participent à l’embourgeoisement ou pour inculquer l’obéissance et la servilité à la population.

Il y a près de 10 ans, l’entreprise s’est lancée dans la marchandisation de vélos « libre-service ». Ce service de transports péri-urbains est présenté à travers la campagne marketing de la boîte comme étant doux et écologique. Comme souvent en ce qui concerne nos déplacements au sein des villes et des métropoles, qu’ils soient réalisés en tram, bus, métro ou voitures auto-partage, le vélo de JCDecaux n’échappe pas au contrôle et au fichage de celles et ceux qui l’utilisent. Le système GPS intégré à chaque vélo ainsi que les coordonnées personnelles de l’individu nécessaires pour s’y abonner permettent de réunir de multiples informations dans la base de données de la multinationale, comme par exemple les habitudes de consommation et lieux de de fréquentation (cf. encart).

Qu’en est-il de la production de ces vélos ?

La construction de ces vélos de location est assurée par ‘Lapierre’, filiale de la multinationale néerlandaise ‘Accell group’. Le siège de ‘Lapierre’ se trouve à Dijon (8, rue Edmond Voisenet). Mais c’est en Hongrie, notamment dans la ville de Tószeg, située à 120 km au sud-est de Budapest, que JCDecaux produit ses vélos de location… et pour pas cher: en effet, la boîte exploite les ouvriers pour deux euros de l’heure, soit 354 euros par mois. Ils y travaillent en moyenne 5 jours par semaine quasiment 8h journalières sans interruption.

Lancé en septembre 2007 à Besançon, le ‘vélocité’ (pour son appellation locale) est destiné à attirer une population branchée et aisée, qui vibre pour tout ce qui est transport doux (c’est également l’argument commercial du tramway). Ce n’est pas un hasard si l’installation des stations de vélos (30 au total sur Besançon) se fait au sein de quartiers réévalués et en voie d’embourgeoisement. Fin avril 2015 à Besançon, plusieurs stations de vélocités ont été enlevées pour être redéployées dans des quartiers d’hôtels et de commerces et proches des stations de tramway, comme aux ‘Chaprais’ ou à ‘Fontaine Argent’, où de nouvelles copropriétés pour riches voient le jour. Relier les transports doux (tram, vélocité et voitures d’auto-partage ‘Citiz’) est source de profits pour promoteurs et aménageurs. Les quartiers périphériques et populaires de Besançon comme ‘Clairs-Soleils’, ‘Les 408’ ou ‘Planoise’ ont volontairement été évités par la multinationale. Car il faut au moins 150 euros sur un compte bancaire et autres frais pour l’utiliser. C’est donc pas étonnant que les pauvres des grandes villes (Paris, Lyon, Toulouse, Marseille…) éprouvent une haine féroce pour ces produits du capitalisme vert, dont les vols et dégradations s’élèvent chaque année à plusieurs milliers d’euros.

JCDecaux a trouvé la parade : faire payer en heure de TIG les mineurs (ou pas) inculpés pour vols/dégradations de ses vélos. En collaboration avec la PJJ, les juges et juges pour enfants, l’entreprise jouit de la bénédiction de l’Etat, qui reconnaît son système de vélos comme un « service public ». La multinationale participe officiellement aux programmes de « réinsertion » pour les prisonniers et profite des mesures judiciaires de « réparation pénale » et de « peine alternative ». Autrement dit, les personnes condamnées pour dégradations purgent leurs peines à bosser gratuitement 6h par jour dans les ateliers de réparation, qui sont gérés par sa filiale ‘Cyclocity’. Cela constitue un intérêt capital pour l’entreprise, mais aussi pour l’Etat à qui cela permet d’économiser des procédures judiciaires et de désengorger ses prisons pour jeunes (EPM, CEF, CER..) N’importe quel prisonnier qui bosse derrière les barreaux est déjà payé une misère (entre 20 et 45% du SMIC). Mais dans ce cas-là précisément, il existe un mot pour qualifier cette exploitation: l’esclavage.

La publicité, la prison et l’exploitation du capital ne laissent aucune place au débat et à la discussion. Passer par l’attaque et le sabotage de ces installations et de ces infrastructures est une façon de se libérer un peu plus des chaînes de cette société. JCDecaux est présent quasiment partout sous diverses apparences, ce qui ouvre des possibilités énormes pour nuire à ses sales activités.


Voici une liste chronologique de destructions multiformes contre JCDecaux ces derniers temps. Bien sûr, elle est loin d’être complète, étant donné que les chiffres des dégâts nous sont fournis par les médias et sont en réalité souvent supérieurs):

15 avril 2014, Paris : dans les 10ème, 11ème et 12ème arrondissements ainsi qu’à Montreuil, les pneus de 453 Vélib’ sont crevés contre l’esclavagiste de prisonniers JCDecaux.

7 mai 2014, Paris : 80 vélib’ se déglonflent, ainsi que trois camionnettes et un camion de la mairie de Paris qui collaborent à l’exploitation de prisonniers.

20 mai, Paris : « 453 Vélibs ont leurs pneus crevés dans plusieurs arrondissements. Idem pour 5 utilitaires et 3 camions de la mairie. Cette attaque ne représente qu’une goutte d’eau dans les 8000 dégradations qu’ils subissent en moyenne par an sur la capitale. »

8 novembre 2014, Besançon : une vingtaine de vélocité sont mis hors-service par crevaisons.

23 novembre, Besançon : 11 abribus et ses pubs sont explosés en plein après-midi à la périphérie de la ville. Malheureusement, une personne est interpellée.

24-30 novembre 2014, Toulouse : JCDecaux « a droit à deux soirées de casse. L’une d’elle a coûté 21 445 € exactement, et l’autre 12 129 €. Pas moins de 250 panneaux publicitaires sont dégradés. »

26 novembre 2014, Besançon : vers 1h30, un homme choisit de soigner sa « dépression » en défonçant trois abribus sur l’avenue Léon Blum. Il se fait malheureusement interpeller et placer en GAV.

8 février 2015, Bordeaux et sa périphérie : 45 panneaux de pub sont détruits, ce qui fait 90 vitres à remplacer pour la société. Des tags contre la pub sont inscrits sur le mobilier urbain.

Mai 2015, Besançon : une trentaine de vélocités se font crever les pneus en solidarité avec les révoltés de ‘Planoise’ et des ‘408’.

27 mai 2015, Paris : une camionnette ‘JCDecaux’ part en fumée. Le sabotage incendiaire est réalisé en solidarité avec les anarchistes incarcérés en Espagne.

Fin mai / début juin 2015, Toulouse : abribus et publicités sont la cible de « destructions régulières » sur la voie du TOEC. Aucun chiffre des dégâts n’est communiqué par la presse.

Mi-août 2015, Aurillac : durant le célèbre festival de rue international, une soixantaine de pubs et d’abribus sont défoncés par des anarchistes.

Entre 2010 et 2013 à Besançon, pas moins de 800 actes de destructions ont été recensés par la mairie contre les panneaux de pub et abribus JCDecaux. Les dégâts s’élèvent à plus d’un million d’euros.

En savoir plus : http://attaque.noblogs.org/post/tag/jcdecaux/


Besançon en voie de devenir une « Smart city »

Soit « la ville intelligente », qui est vouée à répondre aux besoins de l’économie en favorisant les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication). La mairie socialiste, après avoir réaménagé l’urbanisme de la ville avec tramway, complexes d’habitations de luxe et centres commerciaux, s’apprête à lancer le wifi-gratuit dans le centre-ville. Le but est de faire avaler aux gens de la publicité ciblée toutes les demi-heure sur leurs téléphones dernier cri. Après avoir rempli toutes ses coordonnées personnelles, le porte-feuille sur pattes pourra être suivi à la trace partout, se verra suggérer des annonces publicitaires ciblées selon ses goûts de consommation etc… La mairie y voit une aubaine pour relancer la consommation au centre-ville, processus déjà engagé avec les « Samedis piétons ». Et J-CDecaux est évidemment un des principaux bénéficiaires de ce concept innovant.

Avant de boucler ce numéro, on apprend qu’un chantier a débuté mi-août dans la rue Moncey au centre-ville. Il s’agit pour la municipalité d’installer de la fibre optique, entre autres pour améliorer la transmission d’images et les flux de données des caméras de surveillance (officiellement « mettre à jour les réseaux électriques »). Le chantier, réalisé par l’entreprise BTP ‘Sobeca’, durera au moins jusqu’en novembre prochain. Ca laisse le temps d’aller y mettre son grain de sable dans l’engrenage de la domination. …

A l’assaut du vieux monde (Brèves n°4 / Septembre 2015)

La solidarité au-delà des murs des prisons !

A la maison d’arrêt de la Butte comme partout, des colis de produits de divers sont adressés aux prisonniers. Il faut savoir que tout ce qui s’achète en taule (produits de nécessité) est deux à trois fois plus cher que dehors. Lorsque les personnes solidaires se font prendre par les flics, elles prennent cher. C’est ce qui est arrivé à deux jeunes le 11 octobre en début de soirée, pris en flag’ pour avoir balancé à leur pote un colis par-dessus les murs, Le 16 août dernier, un des deux, majeur, a écopé de 7 mois ferme, même s’ils pourront être aménagés. Dedans comme dehors, solidarité face à cette société carcérale !

Feu de cellule à la prison….

Mardi 4 août, un prisonnier a foutu le feu au matelas de sa cellule. Les pompiers sont rapidement intervenus, ce qui a limité les dégâts. Saluons le désir de liberté de ce prisonnier qui a tenté de saccager sa cage… Feu à toutes les prisons !

Et au commissariat de la gare d’eau !

Dimanche 30 août en début de soirée, un homme qui était séquestré par les flics a mis le feu au matelas d’une cellule de dégrisement. De nombreux pompiers se sont dépêchés d’intervenir pour venir à bout de l’incendie et préserver ce bâtiment de l’oppression. Néanmoins, les flammes ont nécessité l’évacuation de toutes les personnes en garde-à-vue… et occasionné quelques dégâts matériels dans cette geôle du comico !

Thise : nique le maire et ses sbires !

Mercredi 5 août en milieu de matinée, des gens du voyage décident d’occuper l’aérodrome de Thise, car l’air d’accueil comme souvent est trop petite, pas adaptée au nombre des personnes et dangereuse pour les enfants. Le maire UMP de Thise, Alain Loriguet, alors en pleine réunion, s’est empressé de venir sur place avec l’aide d’un conseiller municipal et d’un agent de la mairie pour leur interdire l’accès. Ils se font copieusement insulter et bousculer dès leur arrivée. Le maire se fait même arracher sa chemise. Le soir même, citoyens et élus PS et UMP organisent une marche qui prend très vite une tournure raciste de par la banderole de tête (« invasions de gens du voyage, ça suffit ! »). Parmi les politicards locaux présents, on retrouve entre autre Jacques Grosperrin (qui, pour rappel, a pignon sur la rue Bersot au n°34) et d’autres du PS (on peut aller leur rendre visite rues Mégevand/d’Orme de Chamars pour la mairie et Avenue de la gare d’Eau pour leur local).

Contre les frontières, leurs flics et leurs prisons

no-border-besak082015Courant juillet étaient lisibles sur les murs de Besançon quelques slogans contre les frontières en solidarité avec les migrants du style « Migrants welcome », « détruisons les frontières », « non à l’Europe forteresse », « no border no nation, stop deportation », mais aussi contre la police comme « Un flic une balle », « Policiers surarmés, profites-en pour t’suicider », « FCK CPS ». Début août, le siège du PS a eu sa façade recouverte des tags « expulseurs » et « no border » en réponse aux opérations répressives des autorités à l’encontre des groupes de migrants à Paris, à Calais, comme à la frontière franco-italienne entre Menton et Vintimille.